Du 27 au 30 novembre 2014, la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique a réuni l’Assemblée plénière du Dicastère sur le thème : « À vin nouveau, outres neuves. La vie consacrée à 50 ans de Lumen Gentium et de Perfectae Caritatis ». Elle se penchait sur le chemin accompli par la vie consacrée dans l’après-Concile, en cherchant à lire en synthèse les défis restés encore ouverts.

INTRODUCTION

Du 27 au 30 novembre 2014, la Congrégation pour les Instituts de vie consacrée et les Sociétés de vie apostolique a réuni l’Assemblée plénière du Dicastère sur le thème : « À vin nouveau, outres neuves. La vie consacrée à 50 ans de Lumen Gentium et de Perfectae Caritatis ». Elle se penchait sur le chemin accompli par la vie consacrée dans l’après-Concile, en cherchant à lire en synthèse les défis restés encore ouverts.
Ces Orientations sont le fruit de tout ce qui est ressorti de la dite Plénière et de la réflexion qui s’en est suivie, élaborées aussi grâce aux nombreuses rencontres qui, au cours de l’Année de la vie consacrée, ont vu arriver à Rome, près du Siège de Pierre, les consacrés et les consacrées venant de toutes les parties du monde.
À partir du Concile Vatican II, le Magistère de l’Église a accompagné de manière continuelle la vie des personnes consacrées. Ce Dicastère a offert en particulier les grands textes de référence et de valeur : les Instructions Potissimum Institutioni (1990), La vie fraternelle en communauté (1994), Repartir du Christ (2002), Le service de l’autorité et l’obéissance. Faciem tuam (2008), et Identité et mission du Frère religieux dans l’Église (2015).
Les présentes Orientations se situent dans la ligne d’un exercice de discernement évangélique, dans lequel on cherche à reconnaître – à la lumière de l’Esprit – l’« appel » que Dieu fait retentir dans la situation historique même : « en elle aussi et par elle, Dieu appelle » les consacrés et les consacrées de notre temps, car « nous sommes tous invités à accepter cet appel : sortir de son propre confort et avoir le courage de rejoindre toutes les périphéries qui ont besoin de la lumière de l’Evangile ».
Un exercice de discernement ecclésial à travers lequel les consacrés et les consacrées sont appelés à entreprendre de nouveaux chemins afin que les idéaux et la doctrine prennent chair dans la vie : systèmes, structures, diaconies, styles, relations et langages. Le Pape François souligne la nécessité d’une telle évaluation : « La réalité est plus importante que l’idée […] La réalité est, tout simplement ; l’idée s’élabore. Entre les deux, il faut instaurer un dialogue permanent, en évitant que l’idée finisse par être séparée de la réalité. Il est dangereux de vivre dans le règne de la seule parole, de l’image, du sophisme »...