Mercredi 25 mars 2015

Est-ce que l’art et l’humour peuvent se conjoindre ? Ont-ils leur place dans la littérature spirituelle ? Si le récit appelle l’image, alors, l’image aussi donne à penser, et l’humour paradoxal des solitaires d’Égypte peut se réécrire (comme les icônes), au fil des âges. Par cette confrontation salutaire à nos propres images, l’humour ménage un espace de liberté qui relativise les problèmes et permet, en quelque sorte, de passer à l’absolu. C’est, selon l’article que lui a consacré Robert Myle, s.j., ce qu’ont opéré dans nos colonnes les planches de l’inoubliable Pierre Defoux, s.j., à nouveau disponibles sur notre site. Rares sont aujourd’hui les illustrateurs qui, comme Sylvie Lucel, reprennent le chemin de ces commencements mythiques pour nous parler, en couleur cette fois, de nos étroitesses et de leur salut dans une autre Immensité.