Sans se disjoindre pharisaïquement du monde, au contraire, dans un intense sentiment d’être cela représentativement et vicarialement pour le monde, les religieux (religieuses) doivent penser avec amour qu’ils sont, au milieu de la nuit ou de la tempête, une maison où Dieu habite, où la flamme de la foi et de la prière demeure allumée pour le Seigneur, où règne la paix que procure l’amour répandu par Son Esprit. En ce lieu, le Père a ses adorateurs en esprit et en vérité.

Le sujet a été traité déjà plus d’une fois. Nous ne prétendons pas apporter des considérations inédites, mais nous tenterons de proposer une vision de synthèse (...)

Le texte intégral de cet article est téléchargeable au format pdf.