Après avoir réfléchi déjà au sens du célibat consacré (voir « Très brève histoire du célibat. Et l’avenir ? », in Vs Cs 2008, 250-261), l’auteur, psychologue autant que philosophe et théologien, présente les nombreuses propositions de la vie consacrée comme un reflet multiforme des mystères du Christ ; loin de réveiller nos jalousies enfantines, la variété de ces formes ne peut qu’enrichir ceux qui s’y donnent ; ainsi, la vie consacrée à Dieu dans le célibat représente, dans sa gratuité même, une existence humaine qui comporte son inexplicable noblesse.

Voir aussi :