On connaît sans doute ce Dialogue des Carmélites écrit par G.Bernanos d’après la nouvelle de G.von Le Fort (« La dernière à l’échafaud ») qu’inspirait le martyre des Carmélites de Compiègne, durant la Révolution française. L’opéra qu’en tira Francis Poulenc demeure un événement musical insurpassé en même temps que l’aboutissement d’un itinéraire spirituel devenu quête théologique : « Que se cache-t-il derrière la peur de la mort, le transfert de la grâce, le martyre, la Communion des saints » ?

Voir aussi :