C’est une année nouvelle qui nous revient, marquée de tant d’espérance et grevée déjà de tant de soucis… Année de la foi, jubilé de ce jeune cinquantenaire qu’est le Concile Vatican II, année où la vie divine s’épanouira à nouveau sans mesure dans nos cœurs incertains… Notre revue poursuit sa route, en tâchant d’enrichir son site informatique (www.vies-consacrees.be) ; bientôt y seront disponibles d’anciens articles, et déjà nous sommes en rapport avec les sites d’autres revues attachées aux évolutions de la vie consacrée partout dans le monde (www.relipress.org). Les réabonnements habituels sont en cours, et nous nous réjouissons de vous compter à nouveau parmi nos lecteurs. N’hésitez pas à faire largement connaître autour de vous une publication unique en langue française, sur tous les continents !

Cette livraison comporte l’habituelle chronique sur la vie consacrée, confiée cette fois au Père Dominique de la Fenêtre, jeune théologien issu d’un jeune institut, les Frères de Saint Joseph ; elle s’achève par des recensions bibliographiques et la liste des ouvrages que nous avons récemment reçus. Pour l’ouvrir, on trouve d’abord une présentation lumineuse de l’importante Déclaration du Concile sur les religions non chrétiennes ; le Père J.Scheuer s.j. n’hésite pas à interpréter sa « réception » dans l’après Concile, et à montrer ses enjeux cruciaux aujourd’hui. Dans la même foulée, Sœur Violaine Divry, prieure générale des Fraternités monastiques de Jérusalem, nous offre le témoignage qu’elle a proposé à la récente assemblée des supérieur(e)s majeur(e)s de France ; c’est que les nouveaux instituts religieux ont aussi connu des déplacements évangéliques, même s’ils sont nés après Vatican II.

Le Père Albert Chapelle, s.j. a beaucoup écrit dans notre revue ; il était juste de lui consacrer, dix ans après son décès, le genre d’hommage que lui rend un confrère qui lui fut très proche ; le Père J.-M.Glorieux a eu l’heureuse inspiration de rappeler « la pratique littérale des Exercices individuellement guidés », remise en l’honneur par le défunt, et qui s’avère une ressource majeure pour les discernements personnels que notre temps rend décisifs. Dans l’ordre des combats que la vie religieuse mène de nos jours, nous publions la réflexion du Père X.Dijon s.j. à propos de l’accueil par un Monastère de Clarisses d’une détenue belge tristement célèbre. Une audace que peut situer le retour aux Conférences de Jean Cassien sur le discernement spirituel, dans les pages que lui consacre Sœur Marie-David Weill, des Sœurs apostoliques de saint Jean. Bonne lecture, bon réabonnement !