C’est toujours dans notre rubrique conciliaire qu’il faut verser ce témoignage remarquable, offert récemment aux Supérieur(e)s majeur(e)s de France, venant d’un institut religieux né après Vatican II et touché lui aussi par des « déplacements évangéliques ». Les Sœurs (et d’abord les Frères) de Jérusalem ont reçu et trouvé leur désert dans la ville, sous ce mode monastique inusité qui entend la célébration liturgique, avec la vie fraternelle qu’elle suscite, comme évangélisatrice de la cité.

Voir aussi :