Un Pape s’en va, un autre s’en vient, et nous rendons grâce pour la vocation de chacun d’eux. L’Eglise elle aussi renouvelle à chaque pontificat son espérance en Celui qui lui a promis d’être emportée dans sa victoire sur les puissances de la mort. La vie consacrée n’est rien d’autre qu’un éclat de cette assurance, si forte qu’elle nous conduit à livrer nos vies au Seigneur qui se donne pour tous. Le présent numéro voudrait en témoigner encore.

On y trouvera, pour commencer, la présentation par Jean-Claude Lavigne o.p., de la vie religieuse en tant qu’« acte de paroles » qu’il s’agit de renouveler ; car il faut être « décodable », pour nos contemporains : « ce travail sur le dire est fondamental pour que nous advenions à nous-mêmes, à notre identité de religieux-ses heureux mais aussi pour que nous puissions donner à espérer à notre temps ».

Poursuivant notre chronique jubilaire sur Vatican II, Noëlle Hausman, s.c.m. parcourt cette fois un décret un peu oublié, celui qui porte sur la mission de l’Eglise parmi les nations (Ad gentes) ; traversant tout le Concile sous cet angle, l’article revient vers notre actualité en passant par Redemptoris missio, et enfin le récent Synode sur l’évangélisation : une autre manière d’en appeler à rayonner la joie du Seigneur.

Une figure insolite du XXe siècle nous est présentée par Marie-Laure Desangles, f.m.j. ; Mère Marie Skobtsov, poète, révolutionnaire, exilée russe à Paris, passionnément livrée au Christ dans un étonnant monachisme social, mère universelle, libre jusque dans la déportation et la mort ignominieuse, comme l’attestent les icônes qu’elle nous laisse, « étincelles dans la nuit ».

L’enseignement de Cassien sur le discernement spirituel, dont Marie-David Weill, s.a.s.j. nous donne ici la seconde partie, conduit-il ailleurs qu’à cette paternité ou maternité dans l’Esprit dont manquent aujourd’hui tant de cœurs ?

Pour finir, nous avons voulu proposer les recensions d’ouvrages reçus naguère, mais dont la lecture ne manquerait pas de nous éclairer, dans chacun des domaines qu’ils représentent. Le temps qui passe peut aussi bonifier les bons crus. Et la liste des ouvrages récemment reçus en est la promesse. Gaudeamus, surrexit Christus, Alleluia !