La pratique capitulaire, souvent éprouvante et complexe, est d’abord à entendre comme une expérience religieuse fondatrice, pour chaque membre et tout l’institut.Temps de célébration et temps d’identité, temps de Dieu et temps stratégique, mais encore (ce sera la deuxième partie de l’article, à lire dans le prochain numéro), temps des élections et temps de rendre comptes : ces temps divers ne disent pas tout de l’expérience spirituelle mais signent une « manière de renouveler notre désir de nous donner généreusement pour que la Bonne Nouvelle de l’Evangile l’emporte sur les œuvres de mort et de ténèbres.

Voir aussi :