- Pour la première fois depuis une cinquantaine d’années, un Congrès mondial des religieuses et religieux vient de se tenir à Rome, du 22 au 27 novembre 2004, avec pour thème : « Passion pour le Christ et pour l’humanité ».

- Pour la première fois depuis une cinquantaine d’années, un Congrès mondial des religieuses et religieux vient de se tenir à Rome, du 22 au 27 novembre 2004, avec pour thème : « Passion pour le Christ et pour l’humanité ». Il était organisé conjointement par les deux Unions internationales de Supérieurs majeurs (U.S.G. et U.I.S.G.). Nous y étions ! Les usagers du site Internet « Vidimus Dominum » auront suivi le déroulement de cet événement historique de jour en jour, après avoir étudié le Document de travail qui le précédait ; en tout état de cause, le Message du Saint-Père et le Message du Congrès sont peut-être déjà arrivés jusqu’à vous. Et maintenant ?

-L’Assemblée des Supérieur(e)s majeur(e)s de France (C.S.M. et C.S.M.F.) vient elle aussi de se réunir à Lourdes, pour analyser ce monde qui bouge et promouvoir une vie consacrée en mouvement. Nous y étions aussi ! Comme nous étions à l’Assemblée des Supérieures majeures de Suisse romande, à la Quinzaine de Yaoundé, à l’Assemblée des Supérieurs majeurs de Belgique, et comme nous espérons nous trouver un jour Outre-Atlantique, ou fréquenter les rencontres de consacrés d’autres confessions chrétiennes. C’est que notre revue, internationale dès son origine, désire rendre le service le plus approprié aux diverses formes de la vie consacrée, avec les ressources conjuguées de l’intelligence spirituelle et de l’expérience pratique. Sans doute les prochains numéros porteront-ils la marque de ces recherches et de ces avancées, de ces questions et de ces inquiétudes aussi.

-Pour l’heure, notre numéro inaugural s’ancre dans la plus simple des manières de prier, avec le cardinal G. Danneels pour guide. Le travail de réconciliation exposé par l’abbé A. Borras prend au sérieux le mouvement qui achève l’histoire dans la croix du Seigneur ; le concept de « crise », présent dans l’herméneutique contemporaine, oriente lui aussi la théologie de la vie religieuse vers le mystère pascal, comme le montre le père F.-X. Ledoux. Un témoignage prémontré indique à son tour comment peuvent s’accorder l’accompagnement des séropositifs et la recherche des figures du Christ dans les musiques des hommes. « Au creux du rocher », la vie consacrée est donc saisie à l’écart, pour une nouvelle germination.

-Maintenant que vous êtes réabonnés, avez-vous pensé à partager par notre Service d’entraide (voir en page 2 de couverture), des livraisons qui vont, de trois mois en trois mois, vous tenir au centre de ces évolutions ? Nous aimerions tant satisfaire toutes les demandes qui nous viennent du Sud et de l’Est, et qui dépassent le dixième de nos abonnés payants. N’hésitez pas non plus à consulter notre site (http//www.vies-consacrees.be) et à nous proposer vos suggestions. Les comptes rendus qui achèvent ce numéro vous montreront à souhait qu’une réflexion mûrie s’impose, au principe des plus nécessaires décisions. Que le Seigneur nous bénisse, avec le temps qu’Il nous accorde à nouveau, en cette jeune nouvelle année !

« Vies consacrées »

24, bd Saint-Michel

B-1040 Bruxelles