Aux portes de l’été, temps de rencontres majeures et de décisions fortes, l’année saint Paul s’achève, l’année sacerdotale vient de commencer, en la fête du Cœur de Jésus, une dévotion qu’il faudra sans doute « revisiter » bientôt…

Aux portes de l’été, temps de rencontres majeures et de
décisions fortes, l’année saint Paul s’achève, l’année sacerdotale
vient de commencer, en la fête du Cœur de Jésus, une dévotion
qu’il faudra sans doute « revisiter » bientôt. Juste avant le IIe
Synode pour l’Afrique, ce numéro présente trois figures spirituelles,
diverses comme les dons du Saint Esprit : Joseph Cardijn,
« l’inventeur » de la Jeunesse Ouvrière Catholique (JOC) et de
sa pédagogie, Bernadette Soubirous, chef-d’œuvre de cette
sagesse divine plus forte que les puissants, et Thérèse d’Avila,
trouvant dans une « apparition » pascale la clé (eucharistique)
de ses « visions ».

Nous voilà donc en pleine théologie « pratique », comme l’on
dit maintenant ; c’est bien le domaine que le droit canonique
s’efforce de servir, en particulier quant il se préoccupe des biens
temporels de l’Église, et notamment, des nôtres. La nuit des
tentations et de l’épreuve peut sans doute paraître à l’autre
extrême de ces réalités contingentes, puisqu’elle touche au cœur
ceux que les vertus cardinales éprouvent et dépouillent — peutêtre
ne sommes-nous pas si loin de ce que la pauvreté consacrée
suppose.

L’été, c’est aussi le temps des longues lectures. La chronique
annuelle d’Écriture sainte dédiée à l’Ancien Testament et au
Judaïsme nous ouvre, y compris en d’autres langues, à la recherche
comme au nécessaire recyclage, avant quelques propositions
bibliographiques de surcroît.

On verra comment les auteurs de ce numéro conjuguent
leurs diverses disciplines et appartenances : la missiologie
(M. Cheza, Louvain-la-Neuve) et l’économie (E. Perrot, Genève),
la pastorale (Mgr J. Bonfils, Lourdes) et le droit canonique
(E. Schouppe, Rome), la spiritualité (N. Hausman, Bruxelles) et
l’exégèse (D. Luciani, Louvain-la-Neuve). Ainsi se signale la
sagesse « multiforme » dont parlait saint Paul dans sa lettre aux
Éphésiens (3,10).

Vies Consacrées s’honore de cette variété qui doit permettre à
ses lecteurs, eux aussi fort divers, de trouver toujours un peu de
grain à moudre. Parfois on se prend à rêver que soient plus
nombreux ceux qui profitent du service que la revue tâche de
rendre. Tout lecteur ne tient-il pas en main — dans ce petit
volume — la possibilité de mieux la diffuser ?


Si vous le désirez, vous pouvez commander d’anciens numéros de la
revue (à la pièce). Les tarifs en sont les suivants :

-* année en cours : 6,00 euros + frais de port
-* années postérieures à 2004 et 2004 : 6,00 euros + frais de port
-* années antérieures à 2004 : 4,00 euros + frais de port

N’hésitez donc pas à prendre contact avec notre Secrétariat à ce sujet !