«  Nous n’arriverons pas à vivre la pauvreté de Jésus sans l’aide des pauvres  ». Un peu d’humour pourrait consister, pour les religieux, à se situer, dans le grand cirque de la comédie humaine, du côté des clowns : une telle approche de leur mystère ne permet-elle pas une théologie conforme à cet état de conversion ?

Voir aussi :